Pages

Rechercher dans ce blog

dimanche 28 novembre 2010

Mission G1 PGC et G2 AVP : Etudes Géotechniques Préalables

Depuis le changement de la norme en novembre 2013, les missions G11 et G12 ont été renommées respectivement G1 PGC et G2 AVP

Pour de nombreux non initiés, ces missions résument à elles seules l’ensemble de la géotechnique.
En effet, ce sont les missions les plus couramment demandées et les plus couramment exécutées. Elles sont la base du travail de la plupart des bureaux d’études et suffisent le plus souvent à des projets de type maison individuelle sans contraintes particulières du terrain.

Cependant, de plus en plus de maîtres d’ouvrages, sensibilisés aux intérêts d’une mission complète, souhaitent que ce type de mission de type G1 servent de base à leur chantier pour une mission intégrale. En effet, il serait judicieux de considérer ces premières investigations sur le site comme 
un véritable moyen d’adapter au mieux le projet au sol. Cela signifie une participation active et un véritable rôle du géotechnicien au sein de la maîtrise d’œuvre. Il parait donc évident que n’importe quel bureau d’étude géotechnique devrait être en mesure d’assurer l’intégralité des missions types d’ingénierie géotechnique, ce qui ne semble pas toujours le cas.
Ces études géotechniques préalables sont découpées en deux phases distinctes, selon l’avancement de l’étude du projet. L’une s’effectue au stade d’esquisse et la seconde au stade d’avant projet. Dans les faits, bien souvent, seule une étude de type avant projet G12 est réalisée.

Étude géotechnique préliminaire de site (G11) - (G1 PGC)

Comme rappelé précédemment, cette mission est située au stade d’esquisse. Cela signifie entre autre, qu’aucune disposition constructive n’est encore retenue, l’enveloppe du projet n’est pas déterminée, ou pas précisément, et bien sur qu’aucun niveau de calage n’existe.
Ce type de mission G1 PGC (principes généraux de construction) permet au maître d’ouvrage d’avoir un aperçu global du terrain et de disposer d’un premier ordre d’idée des dispositifs constructifs à envisager et des coûts de fondations à engager. Elle lui permet aussi, et idéalement, d’adapter au mieux le projet au terrain, en s’appuyant sur les recommandations fournies par l’étude.
Sauf demande de la part du maître d’ouvrage, le maillage des sondages reste à ce stade relativement lâche. Il doit simplement permettre de disposer d’une vue d’ensemble de la géologie et des problématiques du site, afin d’orienter le maître d’ouvrage dans le choix de son projet.

Étude géotechnique d’avant projet (G12) - (G2 AVP)

Idéalement cette mission est effectuée après une mission géotechnique de type G1 PGC. Bien souvent, dans les faits, seule une mission de type G12 (G2 AVP) est menée.
Le constructeur doit disposer d’une enveloppe précise de son projet, ainsi que du type de structure envisagée. Afin d’obtenir une qualité d’étude optimale, il est conseillé au maître d’ouvrage de pouvoir fournir un niveau de calage du projet, en particulier pour des configurations de sites en pente.
Afin de répondre correctement aux attentes du client et pour obtenir les données techniques suffisantes et les plus précises possibles, cette phase d’étude doit être envisagée avec un maillage des sondages d’investigation suffisamment serré et des moyens adaptés.

Lors de la définition du programme d’investigation, il est indispensable de rechercher la meilleure qualité de mesure possible, tout en s’adaptant en fonction des accessibilités au terrain. Il est donc très fortement déconseillé de limiter les investigations à des sondages au pénétromètre dynamique léger lors d’une mission géotechnique de type G12 (G2 AVP). Dans ces conditions, des essais de pénétration statique lourd sont plus adaptés et permettent une mesure plus fine des caractéristiques de sols lorsque celles-ci sont plus faibles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire